Actualités – Médias – Presse

La Schubertiade dans les médias

annonce de la 2ème édition 2019-20 dans classiquenews.fr
http://www.classiquenews.com/sceaux-la-schubertiade-de-sceaux-2019-6-concerts-12-oct-2019-25-avril-2020/
Posté le par

sceaux-schubertiade-pave-19-20SCEAUX, La Schubertiade de Sceaux 2019 : 12 oct 2019 – 25 avril 2020. La Ville de Sceaux reprend sa superbe série de musique de chambre, la bien nommée « Schubertiade de Sceaux » grâce à l’initiative d’Elisabeth Atanassov et son fils le pianiste Pierre-Kaloyann Atanassov qui assure la direction artistique du cycle musical. Pour la nouvelle saison 2019 – 2020, 6 concerts sont annoncés, selon le rituel désormais identifié par les très nombreux spectateurs : chaque samedi, à 17h30, à l’Hôtel de Ville de Sceaux. Heureuse initiative où le concert classique fait partie des meubles du cadre municipal. Voilà un cas exemplaire de culture intégrée, l’emblème d’une gestion réussie qui place l’art et la musique au cœur de la vie citoyenne, pour l’éducation et la sensibilité, l’esthétique et le partage des citoyens.

 sceaux la schubertiade de sceaux hotel de ville saison sur classiquenewsD’octobre 2019 à avril 2020, l’art de la conversation en musique prend des formes diverses mais avec en fil rouge, toujours dans le respect de la Schubertiade, une partition au moins de Franz Schubert dans chaque programme… cette saison, Schubert est mis en regard avec la musique française, de Chausson, Bizet, Saint-Saëns, Franck à Ravel, Boulanger, Satie… Souhaitons que la nouvelle affiche nous réserve d’aussi superbes surprises et révélations que celles de l’an dernier (saison 1) avec entre autres, l’accomplissement du jeune Quatuor Elmire, remarquable phalange alliant éloquence, finesse, intériorité.

La nouvelle saison met à l’honneur le récital solo (piano, avec Muza Rubackyté), l’engagement des formations en quatuor (Hermès et Taurus), et bien sûr le jeu collectif, gage d’écoute et de partage (entre les musiciens, avec le public). Parrain du Festival, Frédéric Lodéon présentera le concert du 7 décembre 2019 (Récital du Trio Atanassov). Nouveauté : double programme le 18 janvier 2020 : à 17h30, concert habituel ; et à 15h, « Bout’Schub », spectacle musical pour les enfants et leurs parents, inspiré des contes de Ma Mère l’Oye de Maurice Ravel, sommet d’élégance et de raffinement poétique (ici joué à 2 pianos)…

 

5 février 2019 | Concertclassic par Alain COCHARD
http://www.concertclassic.com/article/lea-hennino-et-pierre-kaloyann-atanassov-la-schubertiade-de-sceaux-une-premiere-rencontre

Léa Hennino et Pierre-Kaloyann Atanassov à La Schubertiade de Sceaux –
Une première rencontre réussie – Compte-rendu

 

Lancée à la rentrée passée à l’initiative de Pierre-Kaloyann Atanassov, pianiste et membre du Trio Atanassov aux côtés de Perceval Gilles et Sarah Sultan, la saison de musique de chambre « La Schubertiade de Sceaux » à immédiatement trouvé son public en proposant un concert une fois par mois à l’Hôtel de Ville, le samedi en fin d’après-midi. Une manière de renouer – en dehors de la période estivale occupée par le Festival de l’Orangerie – avec la tradition chambriste initiée à Sceaux dans les années 1960 par le quartettiste Alfred Loewenguth.

Froide et grisâtre journée de janvier ; les mélomanes sont venus nombreux se réchauffer aux accents d’un beau programme de musique germanique du XIXe siècle proposé par l’altiste Léa Hennino et Pierre-Kaloyann Atanassov – leur premier concert en commun. On commence avec les Phantasiestücke op. 73 de Schumann. Es war einmal … Par sa prégnance rêveuse le Zart und mit Audruck embarque l’auditeur dans une interprétation très narrative qui sait faire danser les elfes du Lebhaft, leicht médian, avant libérer toute l’énergie du Rasch, mit Feuer avec un engagement et une beauté des timbres remarquables.
Double première pour le pianiste dans la Sonate op. 120 n° 2 de Brahms qui suit puisque, s’il s’agit de sa première collaboration avec Léa Hennino, c’est aussi la première fois qu’il donne cet ouvrage en concert. Quelques petits réglages manquent encore à la lecture qui en est offerte, mais on n’est pas moins séduit par la qualité et le naturel du dialogue qui, ici, comme tout au long du concert, s’établit entre les deux musiciens.

Ils ne font qu’un en début de seconde partie pour traduire la jeunesse et les accents farouches du Scherzo F.A.E, œuvre d’un Brahms de vingt ans. On vante beaucoup, et avec raison, l’école française de violoncelle, mais que de merveilleuses personnalités la jeune génération de l’alto compte-t-elle aussi ! Léa Hennino (formée auprès de Sabine Toutain et Christophe Gaugué à Paris, puis avec Nobuko Imai et Lawrence Power) en fait partie. Sonorité profonde, variée, lyrisme intense : elle est une interprète idéale de la Sonate « Arpeggione » de Schubert, portée par le piano intensément complice de Pierre-Kaloyann Atanassov.

Exception dans le cours d’une saison chambriste, c’est un récital de piano qui est programmé, le 16 février, avec Guillaume Coppola dans des pages de Schubert, Chopin et Debussy.

29 janvier 2019 | Classicagenda par Julien Bordas 
http://www.classicagenda.fr/schubertiade-sceaux/
Vibrante Schubertiade à Sceaux avec Léa Hennino et
Pierre-Kaloyann Atanassov
L’altiste Léa Hennino et le pianiste Pierre-Kaloyann Atanassov

Samedi 19 janvier, pour ce quatrième rendez-vous de la Schubertiade de Sceaux, l’altiste Léa Hennino et le pianiste Pierre-Kaloyann Atanassov offraient un duo chambriste passionné et passionnant. Au programme : des pièces de Schumann, Brahms et Schubert.

Répartie en 6 concerts d’octobre 2018 à mars 2019, cette nouvelle proposition artistique a vu le jour dans les Hauts-de-Seine sous la houlette de Pierre-Kaloyann Atanassov, son directeur artistique. Et l’on peut d’ores et déjà avancer que le succès public des premières dates semble de bon augure pour cette Schubertiade !
Cette initiative vient compléter l’offre musicale estivale proposée par le Festival de Musique de chambre de l’Orangerie de Sceaux créé par le quartettiste Alfred Loewenguth en 1969.

En écho aux Schubertiades du 19ème siècle organisées dans les salons viennois, l’évènement se déroule dans le cadre de l’Hôtel de ville de Sceaux au sein d’une salle modeste mais propice à l’audition d’un concert de musique de chambre.

Les 3 Fantasiestücke op 73, initialement composées pour clarinette et piano, sont ici interprétées avec l’alto de la brillante Léa Hennino. La douceur de timbre de l’instrument imprègne la première pièce d’une évidente mélancolie tandis que Rasch und mit Feuer referme le triptyque dans un élan passionnel, jusqu’à l’acmé final.

La Sonate op120 n°2 en mi bémol majeur constitue le testament chambriste de Brahms. Et quelle vitalité dans la retranscription de cette oeuvre, dans les échanges entre les deux musiciens, notamment dans son Allegro appassionato avec Trio, où alto et piano exaltent une mélodie d’un grand romantisme. Les variations du dernier mouvement restent dans le  même sillon, entre contrastes saisissants et éclairages intimistes.

Le concert se poursuit avec l’enivrant Scherzo de la sonate FAE  – les notes Fa, La, Mi sont utilisées en référence à la devise du violoniste Joseph Joachim “Frei aber Einsam” (libre mais seul) – de Brahms,  puis, la Sonate arpeggione D 821 en la mineur de Schubert conclura le récital.

Encore une oeuvre qui n’est pas dédiée à l’alto mais composée ici pour l’arpeggionne, instrument hybride entre guitare, violoncelle et viole de gambe. Trois mouvements en guise de bouquet final. La complicité entre les deux artistes se fait sentir au fil d’une oeuvre traversée par les sentiments antagonistes du compositeur.

Après un premier mouvement au charme irrésistible, l’alto fait preuve d’un lyrisme saisissant dans l’adagio, toujours accompagné par un piano attentif aux couleurs de la partition, et respectant un équilibre sonore si difficile à maintenir en duo. Une maîtrise que Pierre-Kaloyann Atanassov cultive aussi au sein du Trio Atanassov, et que l’on retrouve à l’écoute de leur premier album dédié à Smetana et Dvořák.

L’enthousiasme du public à l’issue de l’Allegretto final sera sans nul doute au rendez-vous, une nouvelle fois, lors des deux derniers concerts proposés par Guillaume Coppola le 16 février puis par le Quatuor Elmire et Sarah Sultan le 30 mars.

Annonce du concert/spectacle du 10 novembre 2018 sur classiquenews
http://www.classiquenews.com/sceaux-92-sam-10-nov-2018-trio-atanassov-durosoir-ravel-bridge/

 Compte-rendu du concert inaugural du 13 octobre sur classiquenews
par Alexandre Pham 22/10/2018
http://www.classiquenews.com/compte-rendu-concert-sceaux-92-le-13-octobre-2018-la-schubertiade-de-sceaux-recital-schubert-trio-atanassov/

En dialogue et en complicité, les trois instrumentistes du TRIO ATANASSOV ont inauguré ce 13 octobre 2018, le nouveau cycle événement à Sceaux, La Schubertiade de … Sceaux. […]
Concert 100% Schubert, une monographie musicale bienvenue pour lancer la nouvelle saison à Sceaux, dont le présentateur, cultivé et enjoué, n’est autre que Frédéric Lodéon. […]
De style comme de nuances, les trois instrumentistes (Perceval Gilles, Sarah Sultan et Pierre-Kaloyann Atanassov, respectivement violon, violoncelle, piano) ne manquent pas ; […]
On retrouve ce soir les qualités qui distinguent le Trio : clarté des intentions, sens des nuances, lisibilité du cadre, écoute supérieure entre eux. […]
Chez Schubert règne une évidence qui semble simple, mais affirme très vite une saisissante profondeur ; ce jeu entre l’insouciance feinte et le sentiment plus grave qui étreint, se déploie ici sans entrave, avec la liberté de l’entente, dans le geste complice des trois musiciens.
On ne pouvait rêver meilleur programme et interprètes plus engagés pour inaugurer ce nouveau festival de musique de chambre à Sceaux.

Concert inaugural du 13/10/2018 et 1ère édition de la Schubertiade de Sceaux
dans concertclassic | Par Alain Cochard
Le Trio Atanassov inaugure la Schubertiade de Sceaux – Scéenne saison
http://www.concertclassic.com/article/le-trio-atanassov-inaugure-la-schubertiade-de-sceaux-sceenne-saison

A l’instar de beaucoup de villes de France, connues pendant l’été grâce à un festival, Sceaux, une fois les hirondelles parties, se transforme en un complet désert musical. Se transformait plutôt car, grâce au pianiste Pierre-Kaloyann Atanassov (photo, au milieu), les choses changent à partir de cet automne avec le lancement d’une saison de musique de chambre : « La Schubertiade de Sceaux ». Une initiative qui n’est pas pour surprendre venant d’un merveilleux musicien, fondateur du remarquable Trio Atanassov – formation que les discophiles ont repérée il y a cinq ans de cela environ lors de la sortie d’un premier disque Dvorak/Smetana (Hänssler Classic) particulièrement abouti.
Le principe de La Schubertiade est simple : d’octobre à mars, un samedi par mois, la Salle Erwin Güldner de l’Hôtel de Ville de Sceaux accueille un rendez-vous chambriste. Ce samedi 13 octobre, P-.K. Atanassov et ses deux compères du Trio (Perceval Gilles, violon et Sarah Sultan, violoncelle) donnent le coup d’envoi avec un programme tout Schubert (compositeur fil rouge de cette première saison) associant le Sonatensatz D. 28, le Notturno D. 897 et le fameux Trio op. 100. Frédéric Lodéon, parrain de La Schubertiade, assure pour sa part la présentation du programme.
Le Quatuor Modigliani, invité de La Schubertiade le 8 décembre © modiglianiquartet.com
Après ce beau coup d’envoi, le cycle se poursuit (le 10/11) sur un hommage au violoniste et compositeur Lucien Durosoir, avec le comédien Alain Carré et le Trio Atanassov à nouveau, dans le cadre du Centenaire de l’Armistice. Décembre (le 8) verra pour sa part le Quatuor Modigliani se confronter à des ouvrages de Schubert, Mozart et Debussy, avant que l’on ne retrouve (le 19/01) P.-K. Atanassov, cette fois en duo avec l’altiste Léa Hennino, dans Schubert, Schumann et Brahms. En février (le 16), le piano de Guillaume Coppola fera le lien entre XIX et XXe siècle grâce à des pages de Schubert, Chopin et Debussy, mais c’est au début du siècle romantique et au répertoire germanique que l’on reviendra pour la clôture de saison (30/03), confiée au tout féminin Quatuor Elmire (Beethoven et Schubert ; le Quintette D. 956 avec l’archet de Sarah Sultan).

Belle affiche pour une première saison ; rien d’étonnant à ce que l’association ProQuartet compte parmi les partenaires de La Schubertiade.
Alain Cochard

11 Octobre 2018 : La Schubertiade de Sceaux au carrefour de Lodéon
https://www.francemusique.fr/emissions/carrefour-de-lodeon-acte-2/carrefour-de-lodeon-acte-ii-du-jeudi-11-octobre-2018-65168

Schubertiade – Sceaux mag septembre 2018

Sceaux mag octobre 2018

Billetterie en ligne